P1110532 

A l'entrée du Park Guëll, deux maisons-champignons imaginées par Antoni Gaudi, comme sorties d'un conte de fées.

 
Ce devait être une cité-jardin, prévue pour soixante habitations, mais seulement deux furent construites.


P1110650 

Côté jardin, un  double escalier recouvert de mosaïques menant à une immense place (la place aux Cent Colonnes) , reposant sur 86 colonnes doriques, 



P1110640 

Au centre de l'escalier, un dragon crachant de l'eau


P1110511 

La place aux Cents Colonnes, avec une vue plongeante sur la ville de Barcelone,


P1110548Tout autour de la place, un banc de pierre, pour le repos des promeneurs,


P1110523Une sorte de longue et sinueuse ballustrade-banquette 


P1110550 

dont une partie est en rénovation


P1110559Les mosaïques sont constituées de carrelages de récupération


P1110574Cette méthode est appelée trencadis ou pique-assiette



 P1110575



P1110564Et pour ponctuer le paysage, côté colline, un immense viaduc  de pierre et de terre, surmontée de plantes grasses,

  P1110589 

 

P1110594 




 P1110672

Dessiné par Antoni Gaudi, principal représentant de l'Art Nouveau catalan et édifié entre 1900 et 1914 , à la demande d'un industriel catalan Eusebi Güell, le park Güell, entre dans la liste du patrimoine mondial en 1984



 P1110674

Gaudi étudiait ses créations dans les moindres détails, intégrant à l'architecture toute une série d'ouvrages artisanaux dont il maîtrisait lui-même les techniques à la perfection : la céramique, la verrerie, la ferronnerie, la charpente.



 P1110677


Visitez Barcelone


Retour à l'accueil