Tout aurait-il commencé par une histoire d'amour ?

Henri IV, dans une lettre à sa maîtresse Gabrielle d’Estrée qui y résidait lui aurait écrit
« Je viens à Mantes, ma jolie »
 

Par sa beauté et surtout sa position (stratégique)
Mantes fut convoitée par les anglais pendant la guerre de Cent Ans

 

Une beauté entourée de coteaux boisées,
Lovée dans les boucles de la Seine

Mais revenons à la dure réalité du randonneur francilien :
c'est dimanche,
il fait beau et chaud (contrepètrie belge)

Beaucoup trop chaud en ce dimanche de juin caniculaire ...

Pas un souffle de vent ...
Quel calvaire !

Alors comme les moineaux au printemps,
Tout randonneur ou randonneuse normalement constitué(e)
ne s’empêcher
de s’arrêter
pour picorer
et se gaver
dans les cerisiers



Sans crainte de la maréchaussée ....
 

Monter, toujours monter ...

Vétheuil et son église,
son toit à motifs polychromes, 
 
Son escalier de cinquante marches ...


Vétheuil est aussi renommé pour avoir eu comme habitant ,
Claude Monet,

Il y aurait peint environ 150 de ses œuvres, c’est dire que l’endroit l’a inspiré

 

 
Puis nous rejoignons par les crêtes, La Roche Guyon 

 


Et son magnifique château adossé à la falaise crayeuse


Et son donjon médiéval (toujours à cause des anglais ...)


Monter, monter encore vers les crêtes

   


Le « petit Couillotin »  
Autrefois cultivé sur les côteaux
Etait un petit vin
Mais d'un goût caillouteux,
 Il n'était pas fameux 
 

 

Puis nous redescendons vers Bennecourt


Sur la rive droite de la Seine


« Au bord de l’eau, Bennecourt » de Claude Monet (1868) 

 


Pour rejoindre la gare de Bonnières sur Seine

 

De Mantes la Jolie à Bonnières en suivant la magnifique boucle de la Seine sur les falaises.
Dénivelés  + 720m  – 743m
. 
Une petite trentaine de kilomètres, réservé aux bons marcheurs
Randonnée à faire de préférence au printemps lorsque la végétation n’est pas trop dense,
car il y a de nombreux passages en sous-bois.


Randonnées



Retour à l'accueil